Le marché des compléments alimentaires s’est énormément développé ces dernières années. Avant les compléments alimentaires servaient principalement à combler des carences mais maintenant ils servent à un tas d’autres choses par exemple pour maigrir, gagner de la masse musculaire, réduire le stress, aider contre la chute de cheveux, favoriser le sommeil…. Nous allons savoir si ces produits accessible à tous font l’objet d’une réglementation aussi pointue que celle des médicaments, car eux aussi jouent sur la santé des individus. Pour rédiger cet article, nous nous sommes appuyés sur deux principales sources : l’ANSES ainsi que Pharmatrust.org qui tous deux possèdent beaucoup d’informations, études et analyses sur les compléments alimentaires.

Les compléments alimentaires au sens législatif

La notion de compléments alimentaires a été défini par la directive 2002/46/CE du Parlement Européen en 2006:

Le but est de compléter le régime alimentaire normal et qui constituent une source concentrée de nutriments ou d’autres substances ayant un effet nutritionnel ou physiologique seuls ou combinés

… et la législation précise ceci:

commercialisés sous forme de doses, à savoir les formes de présentation telles que les gélules, les pastilles, les comprimés, les pilules et autres formes similaires, ainsi que les sachets de poudre, les ampoules de liquide, les flacons munis d’un compte-gouttes et les autres formes analogues de préparations liquides ou en poudre destinées à être prises en unités mesurées de faible quantité.

Certains compléments alimentaires font l’objet de déclarations auprès de la Direction de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) qui examine leur composition et réalise des contrôles. Une liste des ingrédients pouvant composer les compléments alimentaires est progressivement faite.
Comment trouver et acheter des compléments alimentaires fiables et authentiques

Les compléments alimentaires peuvent être composés de différentes substances (plantes, vitamines, minéraux…) et ne sont pas soumis à une autorisation de commercialisation contrairement aux autres denrées alimentaires.

La consommation de compléments alimentaires

Les choses à savoir lorsqu’on s’apprête ou lorsqu’on veut prendre des compléments alimentaires:

  • Il faut demander conseil à un professionnel de santé lui seul saura vous guider de la meilleure façon qu’il soit
  • Il ne faut absolument pas en consommer pendant une trop longue période et de trop nombreuses fois dans une même année sans l’avis d’un médecin
  • Tous les effets indésirables que vous ressentirez devront être signalés à votre médecin

Les compléments alimentaires sont consommés par tous: enfants, adultes, personnes âgées. Cependant on note des différences, les femmes sont deux fois plus nombreuses à consommer des compléments alimentaires que les hommes et les enfants du Sud en consomment davantage que ceux du Nord. Leur consommation est d’autant plus accrue en hiver. Ils sont prescrits pour combler des carences par des médecins, on peut aussi s’en procurer sur les conseils d’un professionnel de santé, de son entourage ou sous l’influence des publicités. On peut se les procurer en pharmacie, en supermarché et en magasins de diététiques. La consommation de compléments alimentaires en France représentait 1.8 milliards d’euros en 2017. Seulement 35 % des Français consomment des vitamines-minéraux régulièrement contre 63 % des Américains.

Sécuriser la consommation de compléments alimentaires

La sécurité liée à la consommation des compléments alimentaires

Malgré le fait que les complémentaires ne fassent pas l’objet d’une autorisation commerciale, il y a tout de même une surveillance de leurs compositions et effets secondaires. En juillet 2009 la loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires a confié à l’Agence Nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) le Dispositif nationale de nutrivigilance. C’est un système de veille sanitaire qui a pour but d’améliorer la sécurité du consommateur par l’identification d’éventuels effets indésirables en relation avec la consommation de compléments alimentaires, d’aliments et boissons enrichis en substances à but nutritionnel ou physiologique, de nouveaux aliments et nouveaux ingrédients et de produits destinés à un public particulier (sportifs, nourrissons,….). La mise en place de ce dispositif est dû à plusieurs facteurs:

  • La croissance de la consommation de compléments alimentaires
  • La présence d’ingrédients pharmacologiquement actifs
  • La présence d’effets indésirables non liés à l’alimentation

Participer à la sécurité de leurs consommations

Pour pouvoir détecter les effets indésirables des compléments alimentaires, le Dispositif national de nutrivigilance peut compter sur le témoignage et la collaboration de diverses personnes:

Les professionnels de santé témoignent des effets secondaires ressentis par leurs patients via un formulaire disponible sur le site de l’ANSES, ce système est un moyen simple et fiable de réaliser un signalement de nutrivigilance.

Les producteurs communiquent normalement les effets secondaires des produits fabriqués dans la notice d’utilisation

Les consommateurs eux même peuvent déclarer des effets secondaires dont ils ont été victime via le Portail de signalement des évènements sanitaires indésirables.

Pharmatrust.org et ANSES : conseils sur l'étude français et la consommation de produits de santé

Déclarer les effets indésirables d’un produit est un acte citoyen qui bénéficie à tous. En effet, grâce aux déclarations il est possible d’identifier les nouveaux risques des produits et de connaître davantage ceux des autres déjà identifiés. Cela permet notamment de mettre en œuvre des mesures afin de prévenir ou de limiter les risques sanitaires en diffusant des mises en garde ou en retirant les produits du marché, une solution beaucoup plus radicale.

Acheter ses compléments alimentaires en toute sécurité

Afin d’être sûr d’acheter sur internet des produit de santé (compléments alimentaires, soins, médicaments, traitements pharmaceutiques, …), vérifiez avant tout que le site sur lequel vous vous trouvez est fiable. Vous pouvez par exemple suivre les conseils de Pharmatrust.org qui, sur sa page à propos montre comment avoir en tête des critères pour avoir des produits fiables et authentiques. Afin d’enrichir ce que Pharmatrust.org vous conseille, nous avons souhaité ajouter les éléments suivants :

  • Consulter un médecin : pour vous procurer des compléments alimentaires, il est préférable de demander l’avis d’un professionnel de santé lorsque la démarche est volontaire, si c’est le médecin qui vous les prescrit alors vous n’aurez qu’à aller en pharmacie pour les récupérer et respecter la posologie
  • Aller en pharmacie : pour vous procurer vos compléments alimentaires surtout lorsque cela n’est pas motivé par une prescription médicale allez dans une pharmacie. Le pharmacien pourra vous éclairer et choisir avec vous le meilleur produit sans vous mettre en danger
  • Éviter l’achat en ligne : les produits vendus sur Internet sont très nombreux notamment les denrées alimentaires tel que les compléments alimentaires, lorsqu’il s’agit de votre organisme évitez d’acheter sur internet car vous pouvez non seulement tombés sur des arnaques mais aussi sur des produits contrefaits, dangereux pour la santé.
  • Éviter l’automédication : ne pré-définissez pas vous même la posologie de vos compléments surtout si vous prenez d’autres traitements en parallèle, ils peuvent interagir ensemble et la consommation excessive de compléments alimentaires peut devenir nocif et dangereux

Le palmarès des types de compléments alimentaires les plus vendus en France (chiffre de 2013)

  • Minceur/drainage: 21%
  • Forme et tonus: 18%
  • Bien-être: 14%
  • Stress et sommeil: 11%
  • Défenses immunitaire: 9%
  • Beauté: 8%
  • Ophtalmologie: 8%
  • Autres: 4%
  • Senior/ménopause: 3%
  • Solaire: 3%
  • Circulation: 2%